Skip links

[dfd_videoplayer video_link= »https://www.youtube.com/watch?v=ZQa0BajKB4Q » main_style= »style-1″ tutorials= » »]

Histoire du Bahaus design

Ecole d’art, fondée par Walter Gropius en 1919, en Allemagne, où fut développée pendant 14 ans, une très large part de l’esthétique moderne en matière de design, de création graphique, de mobilier et d’architecture. Littéralement, le Bauhaus signifie la maison de la construction.
Il se plaça dans la continuité des idéaux de réforme qui cherchaient à réconcilier l’art, l’artisanat et l’industrie, comme celui de William Morris et le mouvement Arts and Crafts à la fin du XIXème siècle, et le Deutscher Werkbund en Allemagne en 1907.

Dans ce but, l’architecte Walter Gropius fit fusionner en 1919 deux écoles de la ville de Weimar (Kunstgewerbeschule et la Hochschule für bildende Kunst) en une toute nouvelle, à laquelle il donna le nom de Staatliches Bauhaus im Weimar.
Il cite dans le Manifeste du Bauhaus, publié pour l’inauguration de l’école : « le but finale de toute activité créatrice est la construction. Il n’existe aucune différence essentielle entre l’artiste et l’artisan. […] Nous formons une nouvelle communauté d’ouvriers, sans distinction de classes. […] Nous concevons et créons ensemble le nouvel édifice de l’avenir qui embrassera architecture, sculpture, et peinture en une seule unité et qui, s’élançant vers le ciel, surgira des mains de milliers de travailleurs, comme le symbole de cristal d’une foi nouvelle. »

On discerne dans ce passage la sensibilité expressionniste adoptée par le Bauhaus à ses débuts, ce que confirme également la personnalité des artistes dont Gropius s’entoura, à noter les peintres Lyonel Feininger, Johannes Itten, Oskar Schlemmer, Georg Muche, Paul Klee, Lothar Schreyer et Wassily Kandinsky, et le sculpteur Gerhard Marcks. Leur enseignement s’appuyait sur l’usage des formes et des couleurs et sur une perception analytique des éléments plastiques, ainsi que sur l’apprentissage des propriétés constructives des matériaux, dans un objectif d’économie et de fonctionnalité. Cet apprentissage se répartissait en plusieurs ateliers (du métal, bois, du verre, du tissu, de la céramique, de la photographie, de la typographie, de la mise en scène) où était dispensé aux élèves apprentis, puis compagnons, un enseignement à la fois théorique, avec un « maître de la forme » (formmeister), et pratique, avec un « maître-artisan » (werkmeister). => les professeurs étaient appelés les maîtres.

Au début, le Bauhaus comportait un caractère communautaire et spiritualiste notamment sous l’autorité d’Itten, qui avait introduit au Bauhaus des habitudes inspirées de la doctrine mazdéenne. Les élèves devaient se raser la tête, porter des vêtements amples, semblables à des robes de moines, tenir un régime végétarien, manger de grandes quantités d’ail purificateur, jeûner régulièrement, pratiquer l’acuponcture et prendre des bains chauds. Cette tendance fut combattue par l’arrivée d’influences constructivistes et par celle de Théo Van Doesburg, qui avait ouvert à Weimar un enseignement concurrent, inspiré par le néoplasticisme de Mondrian.

En 1923, Gropius se sépara d’Itten et le remplaça par Laszlo Moholy-Nagy, qui accusa l’orientation du Bauhaus vers le rationalisme et vers la production d’objets par l’industrie. Bientôt, cependant, des pressions politiques contraignirent le Bauhaus à déplacer son activité dans la ville de Dessau. Ce fut l’occasion, pour Walter Gropius, de marquer la conduite résolument moderne de l’école en la logeant dans un ensemble de nouveaux bâtiments, construits en 1925 et 1926. Ses principales caractéristiques (implantation dynamique des trois corps de bâtiments « en hélice », plan libre, passerelle à deux niveaux sur pilotis, mur-rideau spectaculaire par la surface couverte, aménagement intérieur conçu par les ateliers du Bauhaus) en firent l’un des plus beaux manifestes de l’architecture fonctionnaliste de l’entre-deux-guerres.

Cette période du Bauhaus vit naître certaines des formes les plus représentatives de l’âge moderne, avec le mobilier tubulaire de Marcel Breuer, la rénovation du design graphique et publicitaire par Moholy-Nagy lui-même mais aussi par Joost Schmidt ou Herbert Bayer, la parution des livres du Bauhaus (Bauhausbücher) qui dressèrent un incomparable panorama de la modernité artistique, les représentations théâtrales d’Oskar Schlemmer, etc.

En 1928, Hannes Meyer succéda à Gropius à la direction du Bauhaus et en orienta davantage l’activité vers la satisfaction des besoins, répondant au slogan : « La demande populaire doit remplacer la demande de luxe. » Il appela Ludwig Hilberseimer à la tête du département d’architecture, qui prit une importance croissante, confirmée sous la direction de Ludwig Mies van der Rohe entre 1930 et 1933. Celui-ci ne parvint cependant pas à enrayer la succession de conflits politiques engendrés par la radicalisation gauchiste de Meyer et par la prise de pouvoir des nazis à l’échelon local, qui contraignirent le Bauhaus à trouver un dernier lieu d’accueil, dans un quartier industriel de Berlin (Berlin-Steglitz).

Ce dernier Bauhaus n’aura eu que six mois d’activité : fermé de force par la Gestapo et les SA, le conseil de l’école vota son autodissolution le 20 juillet 1933. L’exil de ses professeurs et de ses anciens élèves continua cependant d’assurer l’influence et le rayonnement international de l’esprit du Bauhaus ; dans les années 1930, Moholy-Nagy créa à Chicago un New Bauhaus, Gropius et Breuer poursuivirent leur enseignement à l’université Harvard, Hilberseimer à l’Armour Institute et Josef Albers au célèbre Black Mountain College en Californie du Nord.

Prolongement du style Bauhaus

Functionalism : années 1920/1930. Plutôt qu’un style, c’est d’abord une conception de l’architecture et du design qui s’efforce de résoudre les problèmes pratiques de la façon la plus logique et la plus efficace. On y retrouve les mobilier de Marcel Breuer, ou encore des créations de Wilhelm Wagenfeld, mais aussi de Jacobus Johannes Pieter Oud, Ludwig Mies van der Rohe, et Le Corbusier.

Anti-Design : rejette les préceptes rationnels du Mouvement Moderne, et s’efforce de valoriser l’expression créative individuelle dans le design. – canapé Kandissi d’Alessandro Mendini (1978) pour Studio Alchimia. – chaise/table Zabro d’Alessandro Mendini (1984) pour Zanotta.

International Style : cette appellation a été forgée en 1931 par Alfred H. Barr Jr., le directeur du Museum of Modern Art de New York. Il y voit un style universel dans l’œuvre de Modernistes comme Le Corbusier, Jacobus Johannes Pieter Oud, Walter Gropius et Ludwig Mies van der Rohe. L’expression Style International désigne spécifiquement les œuvres des architectes et designers du Mouvement Moderne qui combinent fonction, technologie et formes géométriques pour produire une esthétique moderne épurée. (Modern Movement : guidé par une idéologie progressiste et sociale dont les origines remontent au milieu du 19ème siècle. Il élimine l’ornement et insiste sur le fonctionnalisme. Il précéda le Bauhaus ; Mais ce dernier en fera parti)

Institute of Design Chicago : ou « New Bauhaus », comme le baptise Laszlo Moholy-Nagy, son créateur. Cette école n’a eu qu’une existence éphémère (1937-1938), l’Association of Arts and Industries qui la gère décide de lui couper les vivres, parce qu’elle trouve son programme trop expérimental.

Good Design : la notion du bon design renvoie à une conception rationnelle du processus de conception selon laquelle le produits sont crées selon certains principes esthétiques et techniques généralement associés au Mouvement Moderne : A la fin des années 1940, D.J. De Pree, a fixé les critères du bon design : durabilité, unité, intégrité, inévitabilité et beauté. Ces vertus étaient défendues auparavant par les membres du Bauhaus.

Hochsule für gestaltung, Ulm : fondée en Allemagne en 1953, cette école avait pour objectif de redonner vie à l’enseignement d’inspiration sociale du Bauhaus. Ludwig Mies van der Rohe, Josef Albers, et Johannes Itten y avaient le statut de professeurs associés. On en retient son fonctionnalisme et son approche systématique du design fondée sur l’ingénierie.

Mouvements dans la rupture : Organic Design

Il est quasiment contemporain du Bauhaus, mais s’oppose complètement. Il adopte des courbes douces et fluides qui s’opposent Style International rigide et géométrique. Il rejette les matériaux industriels comme le métal tubulaire, alors privilégié par l’avant-garde des designers européens.

L’exposition de Weimar

En 1923, l’exposition du Bauhaus  qui s’est déroulée de juillet à Septembre est peut-être la première qui marque le grand tournant esthétique du XXème….Voici quelques affiches illustrant cette exposition :

Conclusion

Le style Bauhaus a contribué à un renouveau stylistique, et à une redéfinition voir une recréation du Design. En effet, le design contemporain, aussi bien dans son apprentissage que dans sa perception, doit beaucoup aux réformes du Bauhaus. Le Bauhaus design, encore aujourd’hui, a beaucoup d’influence. Il reste source de création : c’est un incontournable en matière de design, et pas que de design, puisqu’il reste encore une référence dans un bon nombre de domaine artistiques.

Vizions, votre agence de communication se focalise sur le prolongement du Bauhaus design et met en oeuvre ce courant dans ses réalisations…

A très vite chèrs « vizionnaires », pour un nouvel article fort instructif 😉

Leave a comment

Name*

Website

Comment